Intellectual fashion

J’ai découvert il y à peu le livre de Loïc Prigent relatant toutes les énormités entendues lors de fashions events; me déléctant de toutes ces citations , je me suis demandée si le monde de la mode ne se résumait pas qu’à cela finalement: un monde dans lequel règne la futilité et la perfidie ?

A bien y penser, un nombre inculculable de preuves peuvent venir à l’esprit face à cette question; dans les médias le sujet et souvent traité avec légèreté, montrant des filles à l’air niais se juger mutuellement sur leur physique et leur style, et quand cela ne se résume pas à de simples commentaires sournois, c’est le thème même qui se trouve traité avec sarcasme et condescendance dans des émissions de vulgarisation comme si la matière ne pouvait pas porter à réflexion.

Mais si après plus d’un an à écrire sur cet univers, à l’étudier de près et à en rencontrer les acteurs; je devais retenir une seule chose, c’est bien que la mode est loins d’être futile.

Lors de mes cours d’art de la scène, j’avais entendu parler de l’importance du costume sur scéne, de l’importance du métier de costumier qui devait trouver les tenues les plus explicites pour que l’on puisse en savoir le plus possible sur la pièce et ses personnages. Il en va de même avec le vêtement en général, chaque époque, chaque culture à ses propres codes, plus ou moins différents. Analyser ces codes, leurs origines, permet de comprendre le monde. Les tendances étant en totale corrélation avec ce qui les entourent elles seront pensées en fonction d’une situation social, politique, géographique, historique, artistique ou tout autre thématique qui pourra toucher son créateur et ses contemporains; car la mode est avant tout un moyen d’expression: une tendance telle qu’elle soit sera forcemment adoptée en fonction de la société: comme les épaulettes ou encore le rose millenial dont j’ai parlé récemment.

Dernièrement, lors d’une exposition à Paris, j’ai découvert que  la mode peut s’avérer être un « art appliqué », avec comme chef de file des artistes visionnaires tels que Rei Kawabuko et son inlassable recherche de nouveauté, son audace et sa subversivité assumée; ou encore, la créatrice Iris Van Harpen qui laisse imaginer la mode du futur avec ses créations high tech.

Tout dans ce que j’ai pu apprendre de la mode démontre que cette image futile enracinée dans l’esprit des néophytes, mais également montrée par certains médias n’est qu’une infime partie de ce qu’elle est réellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s